Collection Printemps/Eté 2000, 2000

Collection Printemps/Eté 2000, 2000

...comme si changer de peau n’était pas qu’une expression, mais l’inquiétante mue d’une identité contenue dans le seul paraître...

Marie Darrieussecq

Ce sont d’abord des photos-chocs : on croit connaître par

coeur ces images d’aspect familier, sorties de magazines de

mode – puis on ne comprend pas ce qu’on a là sous les yeux. Le cerveau marque une pause, fait le point. Ce modèle est-il nu, est-il habillé? Comment une image peut-elle nous obliger à douter d’un fait aussi simple ? Et comment peut-elle, dans le même temps, remettre en question ce que nous connaissons des corps, de leur nudité, de la peau ? En s’appuyant sur le mode de séduction auquel nous ont accoutumés ces

images, Nicole Tran Ba Vang perturbe à la fois notre rapport

à la photo et au corps, ce qui n’est pas peu. Sous le dehors

d’images stéréotypiques, elle remet profondément en cause

notre système de perception, confondant – avec une grande

maîtrise technique – grain de la peau et grain de la photo.

Un doigt glissé sous un slip de chair, une botte de peau

humaine, un soutien-gorge paré de deux aréoles vivantes,

les plis d’un pull où roulent ceux de la chair… le tissu est

organique, le cuir épidermique. Les modèles de Tran Ba Vang

s’habillent de leur propre peau, de leurs propres marques

de bronzage, opérant douloureusement sur notre regard.

Lifting du vêtement, greffe de tissus, c’est aussi un art concret

du langage que manifestent ces montages numériques :

comme si changer de peau n’était pas qu’une expression,

mais l’inquiétante mue d’une identité contenue dans le seul

paraître, le logo devenu tatouage. Être à poil, la « Collection

Automne/Hiver 2000 » applique la formule à la lettre : les

modèles sont nus, mais rhabillés d’une fourrure qui leur colle

à la peau – de leurs propres poils pour les hommes – dans

une animalité grotesque. Ces vêtements ironiques et

« très couture » ramènent la tendance au simple appareil de

notre intimité la moins glamour, aisselles, pubis, sens dessus

dessous, limites du corps abattues.

L’humour de Nicole Tran Ba Vang se fait aussi très dérangeant.

Il y a du serial killer dans ces dépeçages, comme celui

du Silence des agneaux, qui engraissait les femmes pour

se travestir de leur dépouille. Mais au delà de nos fantasmes

de dévoration, comment ne pas penser aux gants de peau

humaine fabriqués par les nazis, aux abat-jour, aux reliures et

autres objets monstrueux ? Dans les fausses collections de

Tran Ba Vang, le contraste est saisissant entre la frivolité du

contexte, et ce qui hante notre mémoire collective.

C’est la force du travail de Nicole Tran Ba Vang que de

détourner la séduction commerciale, pour mieux pénétrer

notre regard, par effraction, par surprise, jusqu’à notre

inconscient, jusqu’à la déroute de nos sens.

© Marie Darrieussecq, écrivaine
Fermer le menu
error: